Inspiré du Teaser Tuesdays de MizB, Lady K. de L'antre des Livres nous propose un rendez-vous hebdomadaire que je trouve bien sympa : L'extrait qui fait envie. Le principe est de poster une fois par semaine (ou plus, ou moins selon vos envies) un extrait de quelques lignes, tiré de votre lecture actuelle ou d'un livre que vous souhaitez faire découvrir. Pour plus d'informations, cliquez ici !


J'aime beaucoup ce rendez-vous découvert chez ma twitcops et partenaire loraah 




C'est sans surprise que l'extrait de cette semaine soit sur LAL ( Lover At Last ) T11 de la Confrérie de la Dague Noire de JR WARD sur mes chouchous :) Merci à Anne pour la traduction bien sur ^^ 

******* SPOILERSSSSS ****** pour ceux qui n'ont pas encore commencé ou n'en sont pas encore là.


J'ai donc choisi un extrait mais du point de vue de Qhuinn après leur première fois avec Blay et cette scène est l'une des premières ou  Qhuinn me brise le coeur, c'est tellement triste et émouvant :'(


" En passant dans la salle de bain, Qhuinn n’alluma pas, mais il n’en avait nul besoin vu que sa chambre était éclairée. Ça lui suffisait. Il tourna les robinets de la douche et attendit que l’eau chauffe. Son corps n’était pas en état de subir un autre choc.
C’était tellement pathétique… pourtant, il n’avait aucune envie d’enlever l’odeur de Blay de sa peau. Sauf que ça le rendait fou. D’accord, voilà ce qu’éprouvaient les hellrens de la maison quand ils entraient en mode possessif. Qhuinn avait bien envie de se ruer au bout du couloir, faire irruption dans la chambre de Blay et en éjecter Saxton. En fait, il aurait adoré que son cousin voie ça, histoire qu’il sache bien que…
Là, ses pensées déraillaient complètement, et ça lui foutait la trouille. Pour se changer les idées, Qhuinn pénétra dans la cabine de verre et chercha son savon.
Blay avait déjà un mec. Il l’avait exprimé à Qhuinn. Plus que clairement.
Ils venaient de baiser, d’accord, mais sans rien d’émotionnel, sans connexion…
Et lui, dans ce moment de solitude et de vide, il se trouvait à nouveau projeté dans son passé.
Il n’avait qu’à voir cet interlude comme une nouvelle leçon du destin, lui balançant ce qu’il méritait.
Tout en se nettoyant, Qhuinn pensa que le savon n’était pas aussi doux que la peau de Blay ; qu’il ne sentait pas aussi bon – très loin de là. L’eau n’était pas aussi chaude que le sang du guerrier l’avait été… le shampoing n’avait rien d’aussi relaxant. Rien n’en approchait.
Rien ne le ferait jamais.
Qhuinn tourna la tête pour offrir son visage au jet ; il ouvrit la bouche et se retrouva tout à coup espérer que Saxton recommence à déraper – ce qui était pourtant sacrément minable de sa part.
Le problème, c’est qu’il avait un sinistre pressentiment : sa seule chance de pouvoir encore approcher Blay, c’était que Saxton lui soit à nouveau infidèle.
Il ferma les yeux et évoqua ce moment où il avait embrassé Blay, tout à la fin. Il l’avait vraiment embrassé, de tout son être, tandis que leurs bouches se caressaient en douceur après la tourmente. Et son cerveau écrivit alors un autre scénario – où il n’était pas acculé dans les cordes qu’il avait lui-même posées. Non, dans son imagination, les choses se terminaient comme elles l’auraient dû, lui caressant doucement le visage de Blay avant d’allumer mentalement les lampes afin qu’ils puissent se regarder dans les yeux.
Dans son fantasme, il embrassait encore son meilleur ami, puis écarta la tête et déclarait :
—   Je t’aime.
Sa voix résonna entre les parois vitrées sous le jet d’eau chaude.
—   Je… t’aime.
Il ressentit une telle douleur qu’il en ferma les yeux. Il ignorait ce qui dégouttait sur ses joues, était-ce de l’eau ou essentiellement autre chose ? C’était difficile à dire. "


Partager cet Article:

Facebook Twitter

Blogger
| edit post
Réactions :