Auteur : John Green


Mon Avis : pour le coup, mettre une note paraît dérisoire alors on fait péter les <3 <3 <3 

Quand il faut y aller, faut y aller ! Voilà plusieurs heures que j'ai achevé ma lecture de ce livre et je ne trouve toujours pas les mots pour exprimer ce que j'ai ressenti car << je n'arrive pas à rassembler mes idées, mes pensées sont des étoiles qui ne veulent plus former de constellation>>. Alors au lieu de réfléchir indéfiniment pour essayer de réunir toutes ces pensées, éloges, qualificatifs aussi bien sur l'auteur, les héros, l'histoire, autant dire ce qui me passe par la tête quand je repense à Hazel et Gus.  Je peux d'ores et déjà affirmer que c'est sans surprise un coup de coeur ( même si pour moi ce n'est pas assez fort pour vous dire combien j'ai été subjuguée par ce livre).

L'auteur John Greene, pour être franche ne me disait strictement rien ( pas taper ) mais je suis Ô combien reconnaissante envers Karen,  dont les avis ne sont pas à prendre à la légère ( m'incline ) pour cette découverte de cet auteur à la plume magnifique qui a réussi à me faire voyager, réfléchir sur la vie, la maladie et la mort, me faire prendre conscience que << le monde n'est pas une usine à exaucer les voeux >> mais surtout me faire grandir. Alors un grand bravo pour ce roman authentique, cet hymne à la vie, cette histoire juste mais tellement poignante.

* 20 minutes plus tard pour rentrer dans le vif du sujet * Mon était d'esprit en repensant à ces adolescents inoubliables, << je suis sur des montagnes russes qui ne font que monter >>. 
Hazel Grace Lancaster, seize ans, a un cancer de la thyroïde stade 4 avec des métastases dans les poumons qui lui a été diagnostiqué à l'âge de treize ans et qui selon le point de vue d'Augustus  << est si belle ( comme mille Natalie Portman ) qu'on ne se lasse pas de la regarder, ça ne vous ennuie jamais qu'elle soit plus intelligente que vous : parce que vous savez qu'elle l'est. Elle est drôle sans jamais être méchante >>. 
Augustus Waters a dix sept ans et a eu un début d'ostéosarcome << cette maladie vous prend généralement une jambe, histoire de vous tester. Si vous lui plaisez, il prend le reste>> et en rémission depuis un an et demi qui a peur de l'oubli et selon "Hazel-tout-court" c'est un << garçon pas moche, pas bête et qui ne présente à priori aucun défaut inacceptable, qui la regarde et souligne l'usage incorrect de "littéralement" >>.

Après avoir lu le résumé et les premières pages, c'est sans se voiler la face qu'on se doute que ce ne sera pas un happy end pour ces deux là bien au contraire... donc << on serre les dents, on relève la tête et on sait qu'ils auront mal, on déglutit un grand coup, même si notre gorge s'y oppose >> et on se plonge dans leur histoire car << la souffrance exige d'être ressentie>>. Sans rentrer dans les détails de leur relation pour éviter de spoiler et aussi car si je commence je ne saurais pas m'arrêter, y aurait tellement à dire, je dirais qu'Hazel Grace et Augustus ne sont pas des << énièmes victimes oubliées de cette vieille guerre sans gloire contre la maladie >> non bien au contraire, ils ont l'un comme l'autre << laissé une trace et des cicatrices derrière eux, légué un héritage et marquer nos mémoires >>. 

*Pose ma pancarte : Promis j'arrête là avec les guillemets et les citations, ou pas* parce qu'il faut bien en parler, la fin de ce roman m'a complètement sonnée, je n'ai pas pleuré pendant la lecture mais après et surtout je ne l'avais pas vu venir cette fameuse lettre, alors ces personnages attachants à travers leur histoire, leur amour, leur combat face à cette << guerre qui serait forcément perdue et contre celle déclarée avant même que la précédente ne soit terminée >> m'ont émue aux larmes et au rire, m'ont fait espérer, douter, me questionner, accepter, en somme impossible de rester insensible. 
N'allez pas croire que ce roman se réduit à une histoire d'amour et à la description de leurs cancers respectifs non, parce que pour << nous raconter cette histoire triste, Augustus et Hazel ont choisi la manière drôle >>. 

Un livre qui me hantera longtemps et dont je n'ai pas fini d'en parler !

Partager cet Article:

Facebook Twitter

Blogger
| edit post
Réactions : 
3 Responses
  1. Tellement belle cette lecture!!! ♥ ♥ ♥


  2. l0raah_ Says:

    Ayaa, je le veuuux... lol


  3. Neela Says:

    oh que Oui Made, un de mes coups de coeur de cette année ^^ et Laura c'est un Must Read :)