Inspiré du Teaser Tuesdays de MizB, Lady K. de L'antre des Livres nous propose un rendez-vous hebdomadaire que je trouve bien sympa : L'extrait qui fait envie. Le principe est de poster une fois par semaine (ou plus, ou moins selon vos envies) un extrait de quelques lignes, tiré de votre lecture actuelle ou d'un livre que vous souhaitez faire découvrir. Pour plus d'informations, cliquez ici !


J'aime beaucoup ce rendez-vous découvert chez ma twitcops et partenaire loraah 


C'est le tome qui suit Quand souffle le vent du Nord et même si j'ai moins aimé que le premier particulièrement à cause d'Emmi qui m'a vraiment agacé, il reste un coup de coeur pour moi et ça n'aurait pas été un coup de coeur sans les mots de ce cher Léo :)


" Chère Emmi, sur la paume de ma main gauche, à peu près au milieu, là où la ligne de vie, gênée par deux arcs de chair, se dirige vers l’artère, il y a un point de repère. Je le contemple, mais je ne le vois pas. Je le fixe, mais il est impossible à retenir. Je ne peux que le ressentir. Je le sens même avec les yeux fermés. Un point de repère. Je le ressens si fort que j’en ai le vertige. Quand je me concentre sur lui, son effet se déploie jusque dans mes orteils. Il me picote, il me chatouille, il me réchauffe, il me bouleverse. Il me fouette le sang, il contrôle mon pouls, il fixe mon rythme cardiaque. Et dans ma tête, il déploie son effet enivrant comme une drogue, il amplifie mon état de conscience, il élargit mon horizon. Un point de repère. Je pourrais rire de bonheur tant il me fait de bien. Je pourrais pleurer de joie de le posséder, d’en être empli et comblé jusqu’au plus profond de mon être.
Chère Emmi, sur la paume de ma main gauche, à l’endroit de ce point de repère, un incident s’est produit cette après-midi dans un café, il devait être environ 16 heures. Ma main a voulu attraper un verre d’eau. Les doigts d’une autre, d’une délicate main ont jailli face à elle, ont tenté de freiner, tenté de se dérober, d’éviter la collision. Ils y sont presque arrivés. Presque. La douce phalange d’un doigt en mouvement s’est posée pendant une fraction de seconde sur la paume de ma main tendue vers le verre. Il y a eu un tendre frôlement. Je l’ai conservé. Personne ne peut me le prendre. Je te sens. Je te connais. Je te reconnais. Tu es la même.Tu es une seule et même personne. Tu es vraie. Tu es mon point de repère. Dors bien. "

Partager cet Article:

Facebook Twitter

Blogger
| edit post
Réactions :